Nouveau diagnostic

Le diabète n’apparaît pas du jour au lendemain. En moyenne, le diabète est diagnostiqué après sept ans (pour le diabète de type 2). Avant même le diagnostic cependant, certaines conséquences peuvent affecter les vaisseaux sanguins, les reins ou les yeux. C’est pourquoi il est important de savoir repérer les symptômes possibles: fatigue, sensations de vertige, grande soif, besoin plus fréquent d’aller aux toilettes et perte de poids sont des signes typiques d’un diabète éventuel.

Le médecin établira un diagnostic définitif en analysant votre glycémie. Si la suspicion de diabète est confirmée, il examinera vos yeux, vos pieds, vos reins et votre sang pour déterminer si d’éventuelles répercussions sont déjà apparues.

Pour dépister la maladie le plus tôt possible, il convient, dès 40 ans, de faire vérifier sa glycémie régulièrement. Pour ce faire, vous pouvez vous rendre chez votre médecin ou dans une pharmacie. Bien sûr, vous pouvez également acheter un lecteur de glycémie et faire le test vous-même de temps en temps.

Peut-être s’agissait-il d’un examen de routine, ou peut-être avez-vous consulté votre médecin parce que vous aviez des vertiges, que vous étiez fatigué. Dans ce genre de cas, personne ne pense au diabète. Voilà pourquoi le diagnostic est toujours un choc pour le patient. Le diabète est une maladie chronique. Une fois le diagnostic posé, le diabétique doit chaque jour (plusieurs fois) prendre des médicaments ou de l’insuline, modifier son alimentation et adopter un style de vie sain. Pour les diabétiques, s’adapter à cette nouvelle vie n’est pas toujours facile. Certains éprouvent plus de difficultés que d’autres à relever les défis quotidiens qui accompagnent le diabète.

Chacun réagit différemment à un diagnostic de diabète. Nombre de patients se font une raison et s’adaptent relativement rapidement à la maladie. D’autres consacrent énormément d’efforts à en savoir plus sur le diabète et sur la façon dont la maladie va les affecter. D’autres encore refusent le diagnostic car ils ont du mal à l’assumer psychologiquement ou qu'il leur en coûte trop de contrôler leur glycémie ou de s’injecter de l’insuline.

La connaissance et l’expérience: deux aides importantes

Le diabète est une maladie complexe et exigeante. C’est d’ailleurs pour ça qu’il faut se pencher de très près sur le sujet. Chaque personne réagit à la maladie d’une manière qui lui est propre. De même, chaque diabétique développe une glycémie différente. Plus nous en savons, plus il est simple de vivre avec la maladie. Il vaut donc la peine de réunir les expériences et d’en tirer les enseignements pertinents. Il est par exemple intéressant de déterminer comment l’organisme réagit aux différents aliments et si la quantité ingérée a un impact, ou de savoir à quelle fréquence mesurer sa glycémie, et dans quelles situations spécifiques il convient de faire particulièrement attention (par exemple en cas de conduite d’un véhicule), ou encore de définir quel type d’activité physique convient le mieux à la santé. Beaucoup de questions, certes, dont plusieurs peuvent être discutées avec son médecin, son diabétologue ou son conseiller spécifique. Au final toutefois, le diabète implique toujours un besoin accru de responsabilisation et de discipline: il convient d’adopter un style de vie sain, d’avoir toujours à portée de main du jus de fruits ou du sucre en cas d’urgence, et de savoir quelle quantité d’alcool vous pouvez boire, entre autres.

Le diabète est répandu dans le monde entier, notamment dans les pays occidentaux industrialisés. La Suisse aussi compte beaucoup de diabétiques: environ 300 000 personnes souffrent de cette maladie. On part cependant du principe qu’environ la moitié de ces personnes ne savent pas qu’elles ont le diabète. Etant donné qu’il faut compter en moyenne sept ans avant que le diagnostic ne soit établi, des milliers de Suisses sont atteints de cette maladie sans le savoir.

Conseils, aide, entretiens – les patients diabétiques peuvent certes obtenir ce soutien auprès de spécialistes, mais également par de multiples autres canaux. En Suisse, il existe des associations cantonales du diabète auxquelles les patients peuvent adhérer. Elles sont affiliées à l’Association Suisse du Diabète, qui compte plus de 25 000 membres.

Pour tous ceux qui souhaitent s’informer, de très nombreuses publications sur le diabète sont distribuées sur le marché. La littérature sur le sujet traite de sujets variés, allant de l’alimentation (recueils de recettes et conseils), à l’activité physique en passant par des articles scientifiques. Il existe également des revues et magazines spécialisés, comme le D-Journal de l’Association Suisse du Diabète.

Communautés et points de rencontre en ligne

Sur Internet aussi, vous trouverez de nombreux forums, communautés et points de rencontre pour diabétiques. En voici quelques exemples:

  • seniorweb.ch
    Seniorweb est une communauté destinée aux seniors et aux organisations qui les soutiennent. Le site ne traite pas uniquement du diabète, mais propose beaucoup d’articles sur des sujets qui intéressent les seniors.